Categories:

Cela fait des années que j’ai lu cet article, et je suis retombée dessus ce matin. Cela m’a donné envie de le partager. Au plaisir et bonne lecture.

Cinq raisons d’arrêter de dire «c’est bien !!»

Par Alfie Kohn

Sortez dans une aire de jeux, visitez une école ou présentez-vous à la fête d’anniversaire d’un enfant, et il y a une phrase sur laquelle vous pouvez compter à plusieurs reprises: «c’est bien !! » Même les tout-petits sont félicités pour s’être frappé les mains ensemble («bien applaudi !»). Nous utilisons tellement ces jugements de nos enfants que c’en est devenu un tic verbal.

De nombreux livres et articles nous déconseillent d’utiliser sur la punition, de la fessée à l’isolement forcé («time out»). Parfois, quelqu’un nous proposera même de repenser la pratique de soudoyer les enfants avec des autocollants ou de la nourriture. Mais vous devrez beaucoup chercher pour trouver un mot décourageant ce que l’on appelle avec euphémisme le renforcement positif.

De peur qu’il n’y ait un malentendu, il ne s’agit pas de remettre en cause l’importance de soutenir et d’encourager les enfants, la nécessité de les aimer, de les étreindre et de les aider à se sentir bien dans leur peau. La louange, cependant, est une toute autre histoire. Voici pourquoi.

1. Manipuler les enfants.

Supposons que vous offriez une récompense verbale pour renforcer le comportement d’un enfant de deux ans qui mange sans renverser, ou d’un enfant de cinq ans qui nettoie ses fournitures artistiques. Qui en profite? Est-il possible que dire aux enfants qu’ils ont fait « bien ! » ait moins à voir avec leurs besoins émotionnels qu’avec notre convenance?

Rheta DeVries, professeure d’éducation à l’Université de Northern Iowa, parle de «contrôle enrobé de sucre». Tout comme des récompenses tangibles – ou, du reste, des punitions – c’est une façon de faire quelque chose aux enfants pour les amener à se plier à nos souhaits. C’est efficace pour obtenir des résultats (au moins pendant un certain temps), mais c’est très différent de travailler avec des enfants – par exemple, en les engageant dans une conversation sur ce qui fait fonctionner une salle de classe (ou la famille) sans problème, ou comment les autres sont affectés par ce que nous avons fait – ou essayé de faire. Cette dernière approche est non seulement plus respectueuse, mais plus susceptible d’aider les enfants à devenir des gens réfléchis.

La louange peut fonctionner à court terme parce que les jeunes enfants ont faim de notre approbation. Mais nous avons la responsabilité de ne pas exploiter cette dépendance pour notre propre confort. Un « c’est bien !! » renforce quelque chose qui nous facilite un peu la vie, en tirant parti de la dépendance des enfants. Les enfants peuvent également se sentir manipulés par cela, même s’ils n’arrivent pas tout à fait à expliquer pourquoi.

2. Créer des drogués des louanges.

Certes, chaque éloge n’est pas une tactique calculée pour contrôler le comportement des enfants. Parfois, nous félicitons les enfants simplement parce que nous sommes vraiment satisfaits de ce qu’ils ont fait. Cependant, même dans ce cas, cela vaut la peine de regarder de plus près. Plutôt que de renforcer l’estime de soi d’un enfant, la louange peut accroître la dépendance des enfants à notre égard. Plus nous disons: «J’aime la façon dont tu…». ou « C’est bien fait », plus les enfants s’appuient sur nos évaluations, nos décisions sur ce qui est bon et mauvais, plutôt que d’apprendre à se forger leur propre jugement. Cela les amène à mesurer leur valeur en termes de ce qui nous amènera à sourire et à distribuer un peu plus d’approbation.

Mary Budd Rowe, chercheuse à l’Université de Floride, a découvert que les étudiants qui ont été récompensés verbalement par leurs professeurs étaient plus timides dans leurs réponses, plus aptes à répondre d’un ton interrogateur («Euh… sept?»). Ils avaient tendance à reculer devant une idée qu’ils avaient proposée dès qu’un adulte n’était pas d’accord avec eux. Et ils étaient moins susceptibles de persister dans des tâches difficiles ou de partager leurs idées avec d’autres élèves.

En bref, « c’est bien ! » ne rassure pas les enfants; en fin de compte, cela les fait se sentir moins en sécurité. Cela peut même créer un cercle vicieux de telle sorte que plus nous applaudissons, plus les enfants semblent en avoir besoin, alors nous les félicitons encore plus. Malheureusement, certains de ces enfants deviendront des adultes qui continueront d’avoir besoin de quelqu’un d’autre pour leur tapoter la tête et leur dire si ce qu’ils ont fait était OK. Ce n’est certainement pas ce que nous voulons pour nos filles et nos fils.

3. Voler le plaisir d’un enfant.

Outre la question de la dépendance, un enfant mérite de se réjouir de ses réalisations, d’être fier de ce qu’il a appris à faire. Il mérite également de décider quand ressentir cela. Chaque fois que nous disons «c’est bien !», nous disons à un enfant comment se sentir.

Certes, il y a des moments où nos évaluations sont appropriées et nos conseils sont nécessaires – en particulier avec les tout-petits et les enfants d’âge préscolaire. Mais un flux constant de jugements de valeur n’est ni nécessaire ni utile pour le développement des enfants. Malheureusement, nous n’avons peut-être pas réalisé que «c’est bien !» est tout autant une évaluation que «C’est nul!». La caractéristique la plus notable d’un jugement positif n’est pas qu’il soit positif, mais qu’il s’agit d’un jugement. Et les gens, y compris les enfants, n’aiment pas être jugés.

Je chéris les occasions où ma fille parvient à faire quelque chose pour la première fois, ou fait quelque chose de mieux qu’elle ne l’a jamais fait auparavant. Mais j’essaie de résister à la tendance instinctive de dire: «c’est super !» parce que je ne veux pas diluer sa joie. Je veux qu’elle partage son plaisir avec moi, pas se tourner vers moi pour un verdict. Je veux qu’elle s’exclame: “Je l’ai fait!” (ce qu’elle fait souvent) au lieu de me demander avec incertitude: “C’était bien?”

4. Perte d’intérêt.

“Belle peinture!” peut amener les enfants à continuer à peindre aussi longtemps que nous continuons à regarder et à féliciter. Mais, prévient Lilian Katz, l’une des principales autorités du pays en matière d’éducation de la petite enfance, “une fois l’attention retirée, de nombreux enfants ne toucheront plus à l’activité”. En effet, un nombre impressionnant de recherches scientifiques a montré que plus nous récompensons les gens pour quelque chose, plus ils ont tendance à se désintéresser de tout ce qu’ils devaient faire pour obtenir la récompense. Maintenant, il ne s’agit pas de dessiner, de lire, de penser, de créer – il s’agit d’obtenir le cadeau, que ce soit une glace, un autocollant ou un «c’est bien !».

Dans une étude troublante menée par Joan Grusec à l’Université de Toronto, les jeunes enfants qui étaient fréquemment félicités pour leurs démonstrations de générosité avaient tendance à être un peu moins généreux au quotidien que les autres enfants. Chaque fois, ils avaient entendu “C’est bien de partager!” ou “Je suis tellement fier de toi pour ton aide”, ils sont devenus un peu moins intéressés à partager ou à aider. Ces actions sont venues à être perçues non pas comme quelque chose de précieux en soi, mais comme quelque chose qu’ils devaient faire pour obtenir à nouveau cette réaction d’un adulte. La générosité est devenue un moyen pour une fin.


La félicitation motive-t-elle les enfants?

Sûr. Cela motive les enfants à recevoir des éloges. Hélas, cela se fait souvent au détriment de l’engagement dans tout ce qu’ils faisaient qui a suscité les éloges.

5. Réduction des réalisations.

Comme si ce n’était pas assez grave que “c’est bien !” peut nuire à l’indépendance, au plaisir et à l’intérêt, elle peut également nuire à la qualité du travail des enfants. Les chercheurs continuent de constater que les enfants qui sont félicités pour leur réussite dans une tâche créative ont tendance à trébucher à la tâche suivante – et ils ne le font pas aussi bien que les enfants qui n’ont pas été félicités pour commencer.

Pourquoi cela arrive-t-il? En partie parce que les éloges créent une pression pour «continuer le c’est bien !» qui fait obstacle à cela. En partie parce que leur intérêt pour ce qu’ils font peut avoir diminué. En partie parce qu’ils veulent moins prendre de risques – une condition préalable à la créativité – une fois qu’ils commencent à réfléchir à la façon de garder ces commentaires positifs à venir.

Plus généralement, « c’est bien ! » est le vestige d’une approche de la psychologie qui réduit toute la vie humaine à des comportements qui peuvent être vus et mesurés. Malheureusement, cette approche ignore les pensées, les sentiments et les valeurs qui se cachent derrière les comportements. Par exemple, un enfant peut partager une collation avec un ami comme moyen d’attirer des éloges ou comme moyen de s’assurer que l’autre enfant a suffisamment à manger. La louange pour le partage ignore ces différents motifs. Pire encore, il favorise en fait le motif le moins souhaitable en rendant les enfants plus susceptibles de pêcher les louanges à l’avenir.

* Une fois que vous commencez à voir des louanges pour ce que c’est – et ce que ça engendre – ces petites éruptions évaluatives constantes d’adultes commencent à produire le même effet que les ongles traînés sur un tableau noir. Vous commencez à rechercher un enfant pour donner à ses professeurs ou à ses parents un avant-goût de leur propre mélasse en se retournant vers eux et en disant (dans le même ton saccharine), “Bien félicité!”

Pourtant, ce n’est pas une habitude facile à stopper. Il peut sembler étrange, au moins au début, d’arrêter de féliciter; on peut avoir l’impression de faire froid ou de retenir quelque chose. Mais il devient vite clair que cela suggère que nous louons davantage parce que nous devons le dire que parce que les enfants ont besoin de l’entendre. Chaque fois que cela est vrai, il est temps de repenser ce que nous faisons.

Ce dont les enfants ont besoin, c’est d’un soutien inconditionnel, de l’amour sans aucune condition. Ce n’est pas seulement différent de l’éloge – c’est l’opposé de l’éloge. “C’est bien !!” est conditionnelle. Cela signifie que nous offrons attention, reconnaissance et approbation pour sauter à travers nos cerceaux, pour faire des choses qui nous plaisent.

Ce point, vous le remarquerez, est très différent d’une critique que certaines personnes proposent selon laquelle nous donnons trop d’approbation aux enfants, ou nous la donnons trop facilement. Ils recommandent que nous devenions plus avares avec nos louanges et exigeons que les enfants le «gagnent». Mais le vrai problème n’est pas que les enfants s’attendent à être félicités pour tout ce qu’ils font de nos jours. C’est que nous sommes tentés de prendre des raccourcis, de manipuler les enfants avec des récompenses au lieu d’expliquer et de les aider à développer les compétences nécessaires et les bonnes valeurs.

Alors, quelle est l’alternative? Cela dépend de la situation, mais tout ce que nous décidons de dire à la place doit être offert dans le contexte d’une véritable affection et amour pour qui sont les enfants plutôt que pour ce qu’ils ont fait. Lorsqu’un soutien inconditionnel est présent, «c’est bien !!» n’est pas nécessaire; quand il est absent, “c’est bien !!” n’aidera pas.

Si nous louons les actions positives comme un moyen de décourager les comportements inappropriés, il est peu probable que cela soit efficace pour longtemps. Même quand cela fonctionne, nous ne pouvons pas vraiment dire que l’enfant «se comporte bien maintenant»; il serait plus exact de dire que l’éloge fonctionne bien avec lui. L’alternative est de travailler avec l’enfant, de comprendre les raisons pour lesquelles il agit de cette façon. Nous devrons peut-être reconsidérer nos propres demandes plutôt que de simplement chercher un moyen de faire obéir les enfants. (Au lieu d’utiliser «c’est bien !!» pour faire asseoir un enfant de quatre ans tranquillement pendant une longue réunion de classe ou un dîner en famille, nous devrions peut-être demander s’il est raisonnable de s’attendre à ce qu’un enfant le fasse.)

Nous devons également faire participer les enfants au processus de prise de décisions. Si un enfant fait quelque chose qui dérange les autres, s’asseoir avec lui plus tard et lui demander: «Que pensez-vous que nous pouvons faire pour résoudre ce problème?» sera probablement plus efficace que les pots-de-vin ou les menaces. Il aide également un enfant à apprendre comment résoudre des problèmes et enseigne que ses idées et ses sentiments sont importants. Bien sûr, ce processus prend du temps et du talent, des soins et du courage. Lancer un «c’est bien !!» lorsque l’enfant agit de la manière que nous jugeons appropriée ne prend aucune de ces choses, ce qui aide à expliquer pourquoi les stratégies de «faire» sont beaucoup plus populaires que les stratégies de «travailler avec».

Et que pouvons-nous dire quand les enfants font quelque chose d’impressionnant? Considérez trois réponses possibles:

* Ne dites rien. Certaines personnes insistent sur le fait qu’un acte utile doit être «renforcé» parce que, secrètement ou inconsciemment, ils croient que c’était un coup de chance. Si les enfants sont fondamentalement mauvais, il faut leur donner une raison artificielle d’être gentil (à savoir, obtenir une récompense verbale). Mais si ce cynisme n’est pas fondé – et de nombreuses recherches le suggèrent – alors les louanges peuvent ne pas être nécessaires.

* Dites ce que vous avez vu. Un simple énoncé sans évaluation («Tu mets tes chaussures par toi-même» ou même simplement «Tu l’as fait») indique à votre enfant que vous avez remarqué. Cela lui permet également d’être fière de ce qu’il a fait. Dans d’autres cas, une description plus élaborée peut avoir un sens. Si votre enfant dessine une image, vous pourriez fournir des commentaires – pas un jugement – sur ce que vous avez remarqué: «Cette montagne est immense!» “Garçon, tu as utilisé beaucoup de violet aujourd’hui!”

Si un enfant fait quelque chose de bienveillant ou de généreux, vous pourriez doucement attirer son attention sur l’effet de son action sur l’autre personne: «Regarde le visage d’Abigail : elle semble heureuse maintenant que tu lui as donné une partie de ta collation. » C’est complètement différent de la louange, où l’accent est mis sur ce que vous pensez de son partage.

* Parlez moins, demandez plus. Encore mieux que les descriptions sont des questions. Pourquoi lui dire quelle partie de son dessin vous a impressionné alors que vous pouvez lui demander ce qu’il aime le plus à ce sujet? “Quelle a été la partie la plus difficile à dessiner?” ou “Comment as-tu trouvé comment rendre les pieds de la bonne taille?” est susceptible de nourrir son intérêt pour le dessin. Dire «c’est bien !!», comme nous l’avons vu, peut avoir exactement l’effet inverse.

Cela ne signifie pas que tous les compliments, tous les remerciements, toutes les expressions de plaisir sont nuisibles. Nous devons tenir compte de nos motivations pour ce que nous disons (une véritable expression d’enthousiasme vaut mieux que le désir de manipuler le comportement futur de l’enfant) ainsi que des effets réels de cette action. Nos réactions aident-elles l’enfant à ressentir un sentiment de contrôle sur sa vie – ou à se tourner constamment vers nous pour obtenir son approbation? L’aident-ils à devenir plus enthousiasmés par ce qu’il fait à part entière – ou à en faire quelque chose qu’il veut juste traverser afin de recevoir une tape dans la tête.

Ce n’est pas une question de mémoriser un nouveau script, mais de garder à l’esprit nos objectifs à long terme pour nos enfants et en surveillant les effets de ce que nous disons. La mauvaise nouvelle est que l’utilisation du renforcement positif n’est vraiment pas aussi positif. La bonne nouvelle est que vous n’avez pas à évaluer pour encourager.

REMARQUE: une version abrégée de cet article a été publiée dans le magazine Parents en mai 2000 sous le titre «Hooked on Praise». Pour un examen plus détaillé des questions abordées ici – ainsi qu’une liste complète des citations de recherches pertinentes – veuillez consulter les livres Punished by Rewards and Unconditional Parenting.

Copyright © 2001 par Alfie Kohn. Cet article peut être téléchargé, reproduit et distribué sans autorisation tant que chaque copie comprend cet avis ainsi que les informations de citation (c’est-à-dire le nom du périodique dans lequel il est initialement paru, la date de publication et le nom de l’auteur). Une autorisation doit être obtenue pour réimprimer cet article dans un ouvrage publié ou pour le proposer à la vente sous quelque forme que ce soit. Veuillez écrire à l’adresse indiquée sur la page Contactez-nous. www.alfiekohn.org – © Alfie Kohn

No responses yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *