Categories:

Nous avons cherché activement des locaux. De nombreuses personnes sont venues à la rescousse : un grand merci du fond du cœur à ceux qui nous ont proposé leurs biens !! On a oscillé entre diverses possibilités : trop grand, trop petit, trop en ruine, trop de travaux, trop coûteux, trop loin, trop de marches, …

Après bien des aléas, une opportunité incroyable s’offre à nous : une maison de plain-pied, avec une grande salle de 42m² qui pourra servir à accueillir le Frizbi. Un énooooorme merci à Jean-Louis !

D’après nos savants calculs, nous avons besoin de 15 000€ pour mettre aux normes et adapter les espaces extérieurs.

Comme nous ne sommes pas riches et que nous ne souhaitons pas passer par des banques, nous avons choisi de monter un financement citoyen.

Financement citoyen : Kézako ?

C’est une forme d’emprunt vieille comme le monde, sans aucun recours au système bancaire, qui consiste à emprunter à des particuliers qui ont trois sous.

Pourquoi préférer emprunter à des particuliers ?

  • Répond à des besoins urgents, plus rapide qu’avec une banque
  • Permet aux petits projets d’emprunter même si elles ne remplissent pas toutes les garanties demandées par une banque
  • Les modalités de prêt sont librement définies entre les deux parties
  • Relation directe entre prêteur et emprunteur
  • Possibilité de faire des emprunts gratuits (taux à 0%)
  • Particulièrement adapté aux ménages à faibles ressources, aux jeunes entrepreneurs qui n’ont pas encore de garanties solides, aux association qui n’ont droit à aucune subvention, …
  • Ne nourrit pas les poids lourds de la finance (banque, assurance)
  • Fait fructifier l’argent des particuliers en projets innovants, souvent écologiques ou engagés, qui participent à la santé économique du territoire et à la dynamique locale

C’est légal ?

Tout à fait. C’est une déclaration de créance qui sert de preuve s’il y a lieu d’exiger le remboursement (article 1326 du code civil).

Ce type de contrat implique qu’une des parties, le prêteur, met à disposition de l’autre, l’emprunteur, une chose (argent ou autre) pour son usage à charge de restitution (article 1874 du code civil).

Un document écrit est obligatoire dans le cas de transaction financière dépassant 1 500 €.

On peut le faire soi-même, acte de sous seing privé, ou via un notaire, acte notarial.

Y’a des risques ?

Non. Vous êtes protégés par un contrat qui a autant de valeur que ceux que l’on signe auprès des banques.

Et si notre projet échoue, on s’engage à revendre tout ou partie du bien pour vous rembourser.

Et comment ça marche ?

Le prêt entre individus peut s’avérer une alternative sécurisante.

Pour cela, il est recommandé de formaliser le prêt par un écrit : un contrat de prêt entre les deux parties : le prêteur et l’emprunteur.

Nous en avons rédigé un avec l’aide d’un juriste, et nous proposons de faire des prêts qui dureront 12 ans et où on vous remboursera dès la fin de la 2nde année selon des mensualités qui dépendront du montant de votre don.

Ok, je me laisse tenter… Qu’est-ce que je fais maintenant ?

C’est très simple, il suffit de nous envoyer un mail à cette adresse : assolaruche@proton.me

Nous vous répondons dans les jours qui suivent la réception de votre mail pour vous expliquer les modalités du prêt plus en détails, rédiger le contrat et répondre à toutes vos questions.

No responses yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *